L’esprit de Grenade – Chants et Musiques de l’Andalousie médiévale

 

L’Esprit de Grenade, entre Romances Séfarades, Chants Arabo-andalous et Cantigas de Santa-Maria, c’est un peu l’histoire d’Al-Andalus, ce royaume arabe d’Espagne qui brilla de tous ses feux entre le VIIIe siècle (les Arabes conquirent une grande partie de l’Espagne en 711) et le XVe siècle, date de la chute de Grenade (1492) marquant l’achèvement de la Reconquista chrétienne. Véritable cœur battant de ce royaume, la ville de Grenade était l’une des plus importantes d’Occident, rivalisant avec Bagdad. Cette cité andalouse fut le centre d’une civilisation raffinée qui intégra les apports de tous les peuples autochtones (juifs, chrétiens, musulmans) dans un esprit de convivencia. D’essence d’abord populaire et savante, ces chants et musiques de l’Andalousie médiévale sont nés du triple héritage de la musique chrétienne ibérique, de la lyrique judéo-espagnole et de la tradition arabe transmise au IXe siècle par le fameux musicien et théoricien Zyriab venu de Bagdad, alors capitale du royaume de la dynastie des Abbassides. En 1492, le décret d’expulsion émis à l’encontre des populations arabes et juives par les rois catholiques d’Espagne (Isabelle de Castille et Ferdinand II d’Aragon) mit brutalement fin à cette cohabitation.
Les Juifs espagnols se réfugient alors dans les pays du bassin méditerranéen et dans l’Ex-Empire Ottoman, tout en conservant leur langue dérivée du vieux castillan et de l’hébreu. Ce sentiment d’un « paradis perdu » imprègne les romances en hébreu et judéo-espagnol des Juifs chassés d’Espagne. Les Cantigas de Santa-Maria, compilées par le monarque éclairé Alfonso X de Castille, ainsi que les chants séfarades et arabo-andalous nous ramènent à cette époque de créativité interculturelle, génératrice de paix et d’ouverture à l’autre. Avec L’Esprit de Grenade, Françoise Atlan tisse une broderie poétique et musicale mêlant cultures arabe, hébraïque, castillane et judéo-espagnole à travers chants de noces, berceuses, chants d’amour mystiques et profanes, résolument méditerranéens. Revisité par la chanteuse, dont la voix irradiante est enveloppée par le jeu raffiné du qanûn de Nidhal Jaoua, ce répertoire d’un raffinement extrême nous plonge, le temps d’un concert, dans l’univers poétique et musical unique de l’Espagne des Trois Cultures. L’originalité de cette nouvelle formation réside dans le choix du qanûn qui se prête à merveille à ce répertoire dont Françoise Atlan est l’une des plus prestigieuses interprètes. En effet, la sonorité cet instrument à cordes pincées dont l’origine remonte au Xe siècle, sublimée par la délicatesse du jeu de Nidhal Jaoua, offre une grande expressivité et une grande liberté à son chant.

Françoise Atlan, chant et percussions, Nidhal Jaoua, qanûn

© Alexandre Chevillard

 
 Informations
Tarifs : 13/8/5 €
Réservations auprès du COMDT au 05 34 51 28 38

Samedi 20 et dimanche 21 janvier, Françoise Atlan proposera un stage de chants séfarades.

Pour plus d’informations cliquez-ici.